Hôtel de Soissons

L’hôtel de Soissons au XVIIe siècle

L‘hôtel de la Reine devenu hôtel de Soissons était un palais, construit au XVIe siècle par la reine Catherine de Médicis dans le cœur de Paris. Il tire son nom du comte de Soissons (cousin du roi Henri IV) qui en fut un des propriétaires.

Fruit d’un long assemblage de propriétés, il porta au fil du temps, les noms d’hôtel de Nesles, de Bohème, d’Orléans, de la Reine, en fonction des nobles familles auxquelles il appartint successivement.

L’hôtel a été détruit au XVIIIe siècle sous le nom d‘hôtel de la Reine. Il se situait dans le quartier des Halles, à l’emplacement approximatif de l’actuelle bourse de commerce.

À l’origine se trouvait un hôtel qui appartenait, au début du XIIIe siècle, à Jean II de Nesle. N’ayant pas d’héritiers, celui-ci en céda en 1232 la propriété à saint Louis, qui l’offrit à sa mère, Blanche de Castille, pour en faire sa résidence. Philippe le Bel, qui en hérita, l’offrit en 1296 à son frère, Charles de Valois (1270-1325). L’hôtel passa ensuite au fils de ce dernier, Philippe de Valois, qui le donna à Jean de Luxembourg, fils de l’empereur Henri VII du Saint-Empire et lui-même roi de Bohême.

Sa fille, Bonne de Luxembourg, héritière de l’hôtel en 1327, épousa le prince Jean de Normandie, futur roi de France sous le nom de Jean le Bon. Leur fils, Charles, le céda à Amédée VI de Savoie en 1354. Il appartint ensuite à Louis, duc d’Anjou et fils du roi Jean. Sa veuve, Marie de Blois, le vendit en 1388 à Charles VI, qui l’offrit à son frère Louis, duc de Touraine et d’Orléans.

Sur les instances du confesseur du roi Charles VIII, Jean Tisseran, celui-ci créa en 1498, dans une partie de l’hôtel, un « couvent des filles repenties » tandis que le reste des bâtiments fut partagé entre le Connétable et le Chancelier du duc d’Orléans.

À partir de 1572, Catherine de Médicis abandonna subitement le palais des Tuileries qu’elle faisait édifier et acquit un hôtel appelé d’Albret, constitué de diverses demeures qui voisinaient le couvent à l’est. Elle s’y installa et commença l’aménagement de ce qui allait devenir l’Hôtel de la Reine. L’hypothèse selon laquelle une prédiction serait la cause de ce déménagement précipité est la plus couramment retenue. Il est cependant difficile d’en connaître avec précision les raisons. La reine mère acheta donc dès 1572 les bâtiments entourant l’Hôtel d’Albret pour les intégrer à sa résidence. La propriété ainsi obtenue ne suffisant pas à ses besoins, elle obtint le couvent des filles repenties en l’échangeant contre celui de Saint-Magloire, propriété qu’elle possédait rue Saint-Denis. L’espace ainsi dégagé devint le vaste jardin qui s’étendait jusqu’à la rue de Grenelle (rue Jean-Jacques-Rousseau aujourd’hui). L’ensemble du projet fut confié à l’architecte Jean Bullant qui s’y attela de 1572 à sa mort en 1578 et qui commença a exhaussé le sol de 14 pieds pour mettre le bâtiment hors des crues de la Seine. Une très belle Vénus de marbre couchée, réalisée par Jean Goujon, décorait le bassin d’une fontaine dans un des jardins. De nombreuses améliorations y furent apportées au fil du temps, dont notamment en 1611 un magnifique portail élevé par Salomon de Brosse.

L’hôtel était composé de plusieurs appartements, dont un pour la reine-mère et un autre pour sa petite-fille Christine de Lorraine. Le roi et la reine, Henri III et Louise de Lorraine y avaient également leur chambre respective. L’hôtel comprenait des galeries et des salles de réception, magnifiquement décorées et ornées des collections d’œuvres d’art de Catherine de Médicis. Il servait alors de cadre aux réceptions mondaines et politiques de la cour.

L’hôtel possédait également une curieuse colonne astronomique cannelée, élevée dès 1574, appelée également colonne Médicis, haute de 31 mètres, qui existe encore et qui est le seul vestige de cet hôtel. Sa fonction exacte n’a jamais été déterminée, mais elle aurait pu servir aux observations de l’astrologue personnel de la Reine, le florentin Côme Ruggieri, auteur supposé de la prédiction déjà évoquée.

En 1589, après la mort de Catherine de Médicis et l’assassinat du duc de Guise, l’hôtel fut occupé par les princesses de la Ligue (dont Anne d’Este). À cette occasion, il prit provisoirement le nom d‘Hôtel des Princesses. Pendant cet épisode, il fut dépouillé d’une grande partie de ses meubles.

En 1601, après de longs problèmes de succession liés aux dettes accumulées par Catherine de Médicis, les héritiers de la Reine cédèrent l’hôtel à Catherine de Bourbon (1559-1604), sœur d’Henri IV. À la mort de celle-ci, il fut acquis par Charles de Bourbon, comte de Soissons, qui lui donna son nom. Ce dernier mourut en 1612 et sa veuve, Anne de Montafié, comtesse de Soissons, poursuivit l’acquisition de nombreuses propriétés autour de l’hôtel jusqu’en 1644 date de son décès. L’hôtel de Soissons présentait alors son apparence et sa taille définitive. Il passa ensuite à sa fille, Marie de France, épouse de Thomas de Savoie, prince de Carignan. Leur fils Emmanuel-Philibert en hérita, puis son successeur Victor-Amédée de Savoie, prince de Carignan, en 1718.

Ce dernier établit dans les jardins de l’hôtel, en 1720, la Bourse de Paris, afin de soulager les riverains de la Rue Quincampoix, où la spéculation s’agitait sous les fenêtres de la Compagnie du Mississippi. Des baraques furent dressées devant l’hôtel pour y accueillir les agioteurs et y négocier. Ruiné par la banqueroute de Law, il dut vendre la propriété en 1740. La prévôté de Paris racheta le terrain et détruisit les bâtiments en 1748. La colonne, vendue séparément, fut acquise par Louis Petit de Bachaumont qui en fit ensuite don à la Ville de Paris.

Les terrains ainsi dégagés servirent à la construction de la Halle au blé en 1760. Elle fut elle-même remplacée par la Bourse de commerce en 1889.

Sur les autres projets Wikimedia :